Compléments alimentaires – les huiles

Les sources sont citées en fin d’article.

Tout d’abord, un petit cours de bio pour comprendre le fonctionnement des lipides et leurs impacts !

Dans l’organisme, les lipides ont 4 fonctions principales :

  • Réserve d’énergie : stockés sous forme de triglycérides dans les tissus adipeux, les lipides constituent ainsi une réserve énergétique mobilisable (1 g de lipides donne environ 9,3 Kcal).
  • Un rôle structural : les acides gras servent à la synthèse d’autres lipides, notamment les phospholipides qui forment les membranes autour des cellules et des organelles. La composition en acides gras de ces phospholipides donne aux membranes des propriétés physiques particulières (élasticité, viscosité).
  • Un rôle de messager : les acides gras sont les précurseurs de plusieurs messagers intra et extra-cellulaires. Par exemple, l’acide arachidonique est le précurseur des eïcosanoïdes, hormones intervenant dans l’inflammation, la coagulation sanguine, etc.
  • Un rôle de transport de vitamines : les corps gras alimentaires véhiculent quatre vitamines liposolubles : A, D, E et K.

On classe les lipides en deux grandes catégories : les lipides à base d’acides gras et les lipides à base d’ isoprène (lipides polyisopréniques).

Dans la catégorie des lipides à base d’acides gras, on retrouve les acides gras eux-mêmes, ainsi que deux familles nommées lipides simples et lipides complexes.

Les acides gras diffèrent entre eux par la longueur de la chaîne carbonée (de 4 à 18 atomes de carbone pour les acides gras les plus connus, généralement un nombre paire) et par le type de liaisons qui réunissent leurs atomes de carbone  : on dit qu’ils sont saturés lorsqu’ils ne contiennent que de simples liaisons carbone-carbone, et insaturés lorsqu’ils comptent au moins une double liaison carbone=carbone.

On connaît une quarantaine d’acides gras naturels, dont les plus importants sont l’acide butyrique (ou butanoïque), que l’on trouve dans le beurre, l’acide palmitique (huile de palme), l’ acide stéarique (suif), l’acide linoléique (huile d’arachide) duquel est dérivé l’acide arachidonique, et l’acide linolénique (huile de bourrache). Les acides linolénique et linoléique sont des acides gras dits essentiels : les animaux sont incapables de les synthétiser et doivent donc obligatoirement les trouver dans leur alimentation.

Les huiles contiennent des acides gras essentiels : les oméga 3 et les oméga 6. Ceux-ci sont indispensables à la bonne santé de votre animal. Ces sources de gras polyinsaturé renforcent l’immunité en produisant des substances qui stimulent les cellules de défense de l’organisme, le rendant plus résistant aux infections. Leur rôle est capital lors de la croissance et pour la reproduction et la lutte contre le vieillissement du cerveau. Ces acides gras optimisent le fonctionnement du système cardio-vasculaire.

Les acides gras essentiels sont la base de la membrane cellulaire naturelle. C’est pourquoi, ils sont absolument nécessaires pour une peau en bonne santé et un poil brillant, épais et qui ne tombe pas.

Une carence en acides gras provoque divers changements du pelage tels que sécheresse, pellicules, chute du poil ou démangeaisons. Si cette carence n’est pas compensée, elle entraîne une modification de la surface de la peau. Des inflammations apparaissent, la peau et le pelage deviennent de plus en plus gras.

L’ajout d’huiles végétales pressées à froid à une alimentation complète de qualité est dans ce cas judicieux, car la teneur en huiles d’une nourriture normale contenant des ingrédients mélangés est souvent très fortement réduite lors du processus de fabrication.

L’huile de pépin de raisins, l’huile d’olive, l’huile de lin comportent des acides gras essentiels bénéfiques pour l’organisme du chien, elles jouent un rôle sur certains organes tels que le cœur, car elles contiennent des oméga 3, oméga 6, oméga 9.

Les lipides ou graisses ont pour fonction de couvrir les besoins de l’animal en acides gras. On distingue les acides gras non essentiels (oméga 9), qui peuvent être synthétisés par l’organisme, et les acides gras essentiels (oméga 3 et 6), qui ne peuvent être synthétisés par l’organisme et doivent donc impérativement être fournis par l’alimentation.

Les lipides constituent la principale source d’énergie (calories) chez le chien : ils fournissent 8,5kcal/g, contre seulement 3,5kcal/g pour les protéines et les hydrates de carbone. Les graisses sont très bien digérées par le chien, dont le métabolisme lipidique est très différent de celui de l’homme.

En alimentation industrielle haut de gamme, leur digestibilité atteint facilement 85%, voire 90%. Les meilleures sources lipidiques d’énergie sont les acides gras mono et poly insaturés, dont la digestibilité est excellente et qui doivent représenter au minimum deux tiers des apports en acides gras de l’alimentation.

Les acides gras poly insaturés sont indispensables au régime, car ils contiennent des acides gras essentiels. Les principaux aliments qui contiennent des acides gras mono et poly insaturés sont les huiles végétales, les huiles de poisson (saumon et morue essentiellement) et la graisse de volaille. L’huile de colza (idéalement équilibrée en acides gras essentiels 3 et 6) et la graisse de volaille (mélange d’acides gras mono et poly insaturés) sont parmi les meilleures sources d’énergie pour le chien. Elles présentent un taux de digestibilité de 90%.

Les acides gras saturés (gras solides à température ambiante) présentent une digestibilité très inférieure et sont donc moins intéressants. Ne pouvant être exploités au mieux par l’organisme, ils ne doivent pas être donnés en trop grande quantité, sous peine de provoquer une surcharge graisseuse du foie. On les retrouve en grande quantité dans les aliments suivants : lard, saindoux, suif de bœuf, beurre.

blanc 

Propriétés des huiles

Huile de lin

La plus riche en acide alpha-linolénique, une substance qui fait partie de la famille des acides gras Oméga 3. Les acides gras essentiels Oméga 3 ne peuvent être fabriqués par l’organisme donc celui-ci doit le puiser dans les aliments ou les suppléments alimentaires.

Huile de pépins de raisins

Le raisin est nutritif, énergétique pour les convalescents, laxatif, désintoxiquant, purificateur du foie et possède des propriétés diurétiques. On l’utilise en cas d’arthrite, rhumatismes, goutte, ainsi que dans certains régimes visant à purifier le sang.

L’huile de pépin de raisin est très riche en vitamine E.

Huile d’olive

Elle a des propriétés bénéfiques pour la santé, notamment sur le plan cardio-vasculaire, grâce à sa teneur en vitamine A, vitamine E et en acides gras mono-insaturés. Les bienfaits liés aux vitamines sont surtout observés lors de consommation d’huile froide, car les vitamines sont détruites au-delà de 40 °C.

Huile de foie de morue

L’huile de foie de morue est un dérivé du foie de la morue (poisson). Par le passé, c’était un supplément nutritionnel donné communément aux enfants.

Comme aliment, cette huile est l’une des sources les plus efficaces d’acides gras oméga-3, et une excellent source de vitamine A et vitamine D. Elle est traditionnellement recommandée en cas d’ostéoporose ou de fracture (apport en vitamine D) et de déficit en vitamine A qui a des conséquences néfastes pour la vision et la peau.

Huile de colza

L’huile de colza contient de l’acide oléique (60 %), de l’acide linoléique (22 %), et de l’acide linolénique (ce qui en fait une importante source naturelle d’acides gras oméga-3.). C’est en Europe l’huile végétale la plus consommée, devant l’huile de tournesol et celle de soja, mais elle n’est pas recommandée pour la friture (elle en devient toxique).

La consommation d’huile de colza ou de margarine de colza, pourrait réduire de 70 % le risque de maladies coronariennes. Elle préviendrait le cancer et certaines pathologies de la peau et du cerveau.

 Huile de coco

L’huile de noix de coco contient des chaînes moyennes de triglycérides qui sont une forme de graisse ne requérant pas le même type de digestion que les autres sortes de graisses, et qui peuvent ainsi être utilisées pour des chiens présentant des problèmes de pancréas ou une intolérance aux graisses.

Utilisez de l’huile de noix de coco vierge. Donnez 1 cuillère à café pour 5 kg de poids de corps. Commencez avec moins et augmentez graduellement.

Utilisée aussi pour les problèmes de peau sous forme de shampoing.

Huile de saumon

L’huile de saumon contient de nombreux oméga 3 essentiels pour diverses fonctions de l’organisme des chiens. Ces acides gras sont importants pour une croissance saine et un bon fonctionnement des tissus et des organes suivants :

  • membranes cellulaires
  • cerveau
  • peau et pelage
  • reins
  • vaisseaux sanguins
  • système immunitaire
  • précurseur pour les hormones
  • yeux (rétine)

 Huile de noix

L’huile de noix est excellente en terme nutritionnel pour le chien: riche en acides gras essentiels, et avec un bon rapport entre les acides gras oméga 6 et oméga 3.

Inconvénients ?

En terme nutritionnel, elle s’oxyde facilement en raison de sa très grande richesse en acides gras polyinsaturés. Elle doit être conservée dans un endroit frais, à l’abri de la lumière, et consommée assez rapidement !

Les autres inconvénients sont le prix (beaucoup plus chère que l’huile de colza) et le goût, fort, qui peut être mal accepté par le chien.

Ne pas confondre huile de noix (pure, et riche en acides gras essentiels) et huile aromatisée (souvent de l’huile d’olive mélangée à de l’huile de noix ou pire, à un arôme noix, ce qui ne présente pas d’intérêt nutritionnel) car l’huile d’olive ne contient presque pas d’acides gras essentiels.

ATTENTION  : il est fortement déconseillé de donner les huiles périmées à nos chiens, ou rancies cela ferait plus de mal que de bien. De plus une huile qui reste longtemps dans une bouteille en verre s’oxyde. Elle perd son goût et des vitamines.

D’une manière générale concernant les alimentés périmés : les aflatoxines contenues dans les champignons des denrées périmées sont des toxines qui peuvent causer des diarrhées et des vomissements, de la fièvre, des tremblements musculaires, une salivation excessive et des dommages au foie.

En usage externe

L’huile d’argan qui est riche en acides gras OMEGA-6 et en tocophérols (Vitamines E), antioxydants prévenant le dessèchement.

Elle est anallergisante, augmente l’apport nutritif des cellules et favorise leur régénération. Elle confère brillance exceptionnelle au poil, agit contre le dessèchement, le feutrage et l’emmêlage.

Antiseptique et cicatrisante.

Peut être ajoutée à n’importe quel shampoing pour y apporter ses vertus et peut être mélangée avec d’autres huiles selon les effets désirés.

Dosage en complément du shampoing : 2 à 3 gouttes par dose de shampoing, soit 2 cuillères à café par Litre et 30 ml pour 5 L. Bien mélanger.

Si vous utilisez une fleur de massage, versez 1 à 2 gouttes sur votre noix de shampoing puis frictionnez bien la fleur pour mélanger à la dose de shampoing.

En préparation d’expo ou pour une action renforcée, appliquer directement sur le poil en massage pénétrant puis effectuer 2 shampoings pour bien dégraisser.

Avant d’envisager d’utiliser de l’huile de saumon, réfléchissez sur la qualité des saumons prévenants d’élevages : pesticides, antibiotiques et Ivermectine (entre autres) sont au menu de ces derniers.

Alors de l’huile de saumon, oui, mais de saumon sauvage !

« Grizzl..P…P… », pour ne pas le nommer, a communiqué quelques points de comparaison faciles à trouver entre l’huile de saumon sauvage et l’huile de saumon d’élevage.

Pour résumer, une huile de saumon sauvage contient +/- 30 % d’oméga 3, et une huile de saumon d’élevage en contient +/- 22%.

Second warning sur les huiles de poisson !

Un grande majorité des fabricants, une fois la bouteille remplie à l’usine, vont tout simplement mettre le bouchon par-dessus. Cette méthode de fabrication aura pour effet de laisser entrer de l’oxygène dans chaque bouteille (entre la fin de l’huile et le haut de la bouteille). L’oxygène étant l’ennemi principal de l’huile de poisson, cela occasionnera un rancissement de l’huile avant même que vous ouvriez votre bouteille neuve !

Pour éviter cela il faudrait injecter du nitrogène (un gaz) après que la bouteille soit remplie d’huile, ce qui aurait pour effet d’empêcher l’oxygène d’entrer et laisserait assez de temps aux machines d’installer le bouchon sur la bouteille afin d’obtenir un produit complètement dépourvu d’oxygène ! Mais ce procédé est coûteux et très peu mis en pratique.

blanc

 Sources principales :

Une réflexion au sujet de « Compléments alimentaires – les huiles »

  1. Huiledesaumon.com

    Je confirme que l’huile de saumon est un excellent complément alimentaire pour le chien (et le chat), elle a de nombreuses vertus et reste un produit naturel ! Dans la liste de ses bienfaits on pourra ajouter à la votre son rôle dans la régulation de l’adrénaline et du stress chez l’animal.

    J'aime

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s