La grande question : collier ou harnais ?

La grande question : collier ou harnais ?

Si je respecte le travaille des autres… Je cite la source de cet article et je mets le lien du blog, merci !

C’est une des grandes questions qui fait débat dans le milieu du chien… Doit-on lui mettre un collier ou un harnais ? Personnellement je fais partie des personnes qui favorisent le harnais, et je vais vous expliquer pourquoi.

Un bon harnais adapté se doit d’être confortable afin de ne pas appuyer sur les muscles et ne pas entraver ses mouvements. Les épaules, le cou ainsi que les aisselles doivent être libres.

Si votre chien tire en laisse, il existe des harnais anti-traction comme le Perfect-Fit ou le Animalin qui vous seront d’une aide précieuse. Bien sur, cela ne vous dispense pas d’un apprentissage, la marche en laisse est un exercice qui doit être travaillé. De plus, il est essentiel d’apprendre à bien gérer une laisse / longe afin d’éviter toute mise en tension. « Elle doit représenter un lien entre la personne qui la tient et le chien, et non pas un outil de sanction ou de contraintes. »

Et si vous rencontrez des difficultés, n’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin en positif !

Si je respecte le travaille des autres… Je cite la source de cet article et je mets le lien du blog, merci !

Mais alors quels sont les différents impacts du collier ? 

harnais-collier-chiot-chien

Si je respecte le travaille des autres… Je cite la source de cet article et je mets le lien du blog, merci !

La peau d’un chien est essentiellement couverte de poils, qui le protègent contre les coups de soleil et dans une certaine mesure contre les forces mécaniques. La peau est un organe vital qui est une première barrière importante entre l’environnement externe et le corps interne.

Dégâts dus au collier : la perte de poils, des irritations, des contusions, des blessures, de la douleur

Les muscles du cou du chien travaillent constamment contre la gravite pour maintenir sa tête en place. Contrairement )à la notre, le centre de gravité de la tête du chien est en dehors de sa base de support. Quand le chien bouge, les muscles du cou gardent la tête équilibrée, pour garder la ligne de vision et l’organe de l’équilibre dans l’oreille interne à niveau.

Dégâts dus au collier : des contusions, des tentions, la douleur, des blessures aux muscles du cou qui ont une influence sur tout le mouvement du corps.

Canaux et ganglions lymphatiques : la lymphe est un liquide qui entoure toutes les cellules. Elle est récoltée dans les vaisseaux lymphatiques et transportée vers les ganglions lymphatiques. Les ganglions sont des organes importants pour le système immunitaire. Ils filtrent la lymphe avant que le canal ne la ramène au cœur où elle est réabsorbée dans le sang.

Dégâts dus au collier : gonflement des ganglions, des dégâts ou une rupture du canal, immunité est affaiblie, douleur

Le Thymus : un autre organe important pour le système immunitaire dans lequel les cellules T peuvent grandir. Les cellules T sont un type de globules blancs qui jouent un rôle important pour l’immunité. Le Thymus peut être large chez les chiots, mais s’atrophie (se réduit) à l’adolescence. Ce n’est donc que chez les chiots et jeunes chiens qu’il peut être endommagé par le collier.

Dégâts dus au collier : des dégâts mécaniques du thymus peuvent entraîner une diminution de la quantité de cellules T

Os de la langue : petit os en forme de fer à cheval, où les muscles de la langue et la mâchoire inférieure s’attachent. Ceci est important pour pour les mouvements de la langue et pour avaler.

Dégâts dus au collier : peut rendre la déglutition douloureuse est difficile 

Vertèbres et disques intervertébraux : le chien a 7 vertèbres cervicales. Les disques intervertébraux sont constitués de cartilage et fibres de collagène.

Dégâts dus au collier : des tractions répétées sur le collier provoquent un cisaillement au niveau des vertèbres qui accélère la dégénérescence, qui peut provoquer de l’arthrite, puis de l’arthrose et des hernies discales.

La moelle épinière est un tube nerveux qui part du cerveau et passe à travers un canal formé par les vertèbres.

Dégâts dus au collier : des tractions répétées sur le collier résultent en un cisaillement anormal entre les vertèbres, qui peuvent donner lieu à un rétrécissement de la colonne vertébrale et impacter la moelle épinière. 

Les nerfs périphériques qui se déploient de la moelle épinière sortent de la colonne vertébrale entre deux vertèbres. Ces nerfs envoient des pulsions motrices du cerveau aux muscles et des pulsions sensorielles de la peau au cerveau.

Dégâts dus au collier : l’ostéo-arthrite et des hernies discales peuvent toucher les nerfs causant de la douleur et impacter les fonctions neurologiques. 

Les nerfs sympathiques et parasympathiques : ces nerfs font parties du système nerveux autonome, qui contrôle les actions involontaires du corps (la fréquence cardiaque, la digestion, le rythme de la respiration…). Ils sont la communication neurologique entre le cerveau et les organes du corps.

Dégâts dus au collier : un traumatisme mécanique peut causer des dégâts directs à ces nerfs ou indirects si il y a gonflement et pression des tissus environnants.

Les artères et les veines : les vaisseaux sanguins du cou transportent le sang vers et à partir de la tête et du cerveau.s

Dégâts dus au collier : la pression sur les veines cause une plus grande tension artérielle dans le cerveau et augmente la pression intra-oculaire, les effets à long terme étant une moins bonne circulation sanguine et une perte de vision associée au glaucome.

La trachée est un tube renforcé par des anneaux en cartilage en forme de C.

Dégâts dus au collier : les anneaux du cartilage peuvent s’aplatir ou se casser, entraînant des problèmes respiratoires dus à un diamètre de la trachée plus étroit.

Le larynx se trouve dans la partie supérieure de la trachée et détient un clapet très important. Ce clapet se ferme pour empêcher les aliments de descendre dans les poumons.

Dégâts dus au collier : difficultés de déglutition, étouffement, douleur

L’œsophage ou gosier, est une tube musclé, qui transporte la nourriture de la bouche à l’estomac.

Dégâts dus au collier : difficultés à avaler, douleurs

La thyroïde est un des organes sécrétant la majorité des hormones du corps. Elle a un rôle très important dans la régulation du métabolisme, de la température corporelle, du rythme cardiaque et respiratoire, du développement du cerveau, de la croissance cellulaire et de l’humeur.

Dégâts dus au collier : un traumatisme mécanique causé par un collier peut conduire à une hypothyroïdie. stealthily.wordpress.com

Retrouvez toutes les illustrations Freedogz en cliquant ici.

Ci-dessous un petit comparatif en image pour mieux comprendre :

De nombreuses études sicentifques démontrent que les colliers plats, électriques, étrangleurs et à pointes causent des dommages parfois irréparables sur nos compagnons. Des experts (vétérinaires, neurologues, professeurs, etc…) recommandent le port du harnais plutôt que du collier.  stealthily.wordpress.com

Point perso : mes chiens ont un collier pour leurs médailles (coordonnées et tic-clip), mais lorsque je dois attacher mes chiens avec une laisse / longe, c’est toujours sur le harnais.  stealthily.wordpress.com

stealthily.wordpress.com

© Julie C. – Canima
Sources :
Publicités

5 réflexions au sujet de « La grande question : collier ou harnais ? »

  1. Gabrielle

    N’importe quoi… le harnais: ou la solution de faciliter pour tous ceux qui veulent pas avoir un chien au pied. Mes chiens ont une laisse lasso depuis leurs 2 mois. Aucun problème de cou (ostéopathe et vétérinaire à l’appui), aucun problème de peau ou des autres conneries écrites plus haut. Et aujourd’hui mes chiens marchent au pied, avec bonheur et je suis connectée à eux. J’ai testé les harnais et croyez moi, ça ne m’a pas du tout convaincu et la macération du chien sous vos espèce de « manteau » vu l’épaisseur des trucs… est pas bien mieux mais dans cet article il y a UNIQUEMENT les dégâts « imaginaires » des colliers. Pour ce qui est des colliers à pic, c’est un autre sujet car là c’est de la maltraitance.

    Gabrielle et ses trois labradors, fiers de leurs laisses, de leurs colliers, et surtout, de pas avoir une carapace sur le dos.

    J'aime

    Répondre
    1. stealthily Auteur de l’article

      Vous semblez faire des raccourcis… Avoir un chien en harnais n’est pas incompatible avec le fait d’avoir un chien capable de marcher au pied (il ne faut pas faire l’amalgame entre un outil et un travail d’apprentissage). Tant mieux si vos chiens se portent bien ;). Cet article a pour but de mettre en avant des faits avérés et non des « dégâts imaginaires ». En bas de l’article il y a un lien qui revoit vers des études scientifiques (non exhaustif) et si vous prenez le temps de tout lire vous remarquerez que les colliers plats en font également partie, il ne s’agit pas uniquement des colliers à pics ou étrangleurs.
      Pour ce qui est des soucis de « macération », je n’ai jamais rencontré cela avec mes propres chiens, ni avec tous les chiens que j’ai eu l’occasion de côtoyer. Si le harnais est trempé et laissé sur le chien durant des jours alors oui je suppose qu’on peut avoir ce type de cas ;), mais pas sur une utilisation ponctuelle.

      J'aime

      Répondre
  2. Petit Jean

    Je trouve que les harnais ont plusieurs inconvénients:
    -ils tiennent plus chaud qu’un collier chaînette (lors d’exercice intense)
    -ils ne sont pas pratiques lorsque que le chien se baigne (difficulté pour sécher)
    -ils aplatissent le poil contrairement au collier chaînette
    -de un point de vue esthétique personnel, le harnais est trop voyant.

    J’ai un harnais mais je ne l’utilise plus pour les raisons ci-dessus.
    Je préfère ne rien mettre à ma chienne lors des sorties endurance ou dans l’eau (ou juste un collier chaînette).
    Ma chienne a un collier chaînette qui est bloqué. Elle ne tire pas donc aucun soucis au niveau du cou. Les avantages de ce type de collier sont:
    -il est discret (« invisible » chez les poils longs)
    – il est esthétique (style gourmette si fin)
    -il ne déteint pas sur le poil
    -il n’abîme pas le poil (ne le tasse pas)
    -son faible coût
    -sa très longue durée de vie
    -…
    Je pense qu’il est primordial d’apprendre au chien à ne pas tirer.
    Un chien qui tire même s’il est en harnais, n’est pas anodin et provoque à long terme des soucis de santé.

    J'aime

    Répondre
    1. stealthily Auteur de l’article

      Concernant le fait que ça tienne plus chaud et les difficultés de séchage, tout dépend du modèle choisit ;). De plus un bon harnais ne doit pas déteindre ni abîmer le poil si le modèle est adapté au chien et bien ajusté. Enfin, j’ai bien précisé en début d’article que « cela ne vous dispense pas d’un apprentissage, la marche en laisse est un exercice qui doit être travaillé. De plus, il est essentiel d’apprendre à bien gérer une laisse / longe afin d’éviter toute mise en tension. « 

      J'aime

      Répondre
  3. Angélique

    Bonjour,
    Je suis totalement pour le port d’un harnais adapté. Concernant votre article de Freedogz, avez-vous vérifié les sources? Avez-vous fait lire cet article par un vétérinaire ostéopathe avant de le publier? Personnellement, je l’ai fait les remarques étaient édifiantes. Bien que le but de cet article soit louable, je trouve hallucinant la rapidité avec laquelle on partage qqch sans en vérifier l’exactitude. Il semblerait en effet qu’il y ait beaucoup d’erreurs, manquements, inprécisions dans cet article non scientifique et non médical

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s